Panier de commande

Contact

Manuscrits

Commander

Les poètes

Les illustrateurs

Agenda

Presse

À propos

La cuisine molle pour édentés

Michel Dehoux et Jean-Pierre Jacquemin

Rayon

Poésie

Illustration(s)

Bertrand Gobbaerts, Claire Kirkpatric, Couverture couleur par Jean-Denis Pendanx. Illustrations de Barly Baruti, Denis Schmit, Dominique Zinkpè, Eric Winand, Jacques Jauniaux, Liliane Cock, Olivier Wiame, Philippe Guilmin, Roby Comblain, Serge Goldwicht, Walter Swennen, Willy Wolsztajn

Parution

2005/2017

Pages

84

ISBN

978-2-930607-54-2

Format

Dos carré – collé

Dimensions

19 cm x 26 cm

Michel DEHOUX & Jean-Pierre JACQUEMIN,
Jean-Denis PENDANX (couverture) Barly Baruti, Liliane Cock, Roby Comblain, Bertrand Gobbaerts, Serge Goldwicht, Philippe Guilmin, Jacques Jauniaux, Claire Kirkpatrick, Denis Schmit, Walter Swennen, Olivier Wiame, Éric Winand, Willy Wolsztajn, Dominique Zinkpè (illustrations intérieures)

La fonction de cet opuscule n’est ni diététique ni thérapeutique, elle est révolutionnaire : permettre à tous les ébréchés (complets, partiels, intermittents) de dépasser leurs frustrations. La bonne chère n’est pas le privilège des intacts, ceux et celles que la discipline et la nature ont, justement ou non, gâtés. Même délabré(e), rafistolé(e), on peut très bien manger à tous les râteliers ! Luttons contre l’ostracisme de l’orthodoxie de l’odontostomatologie ! Nous vivons un Tournant majeur de l’histoire des minorités. Un Ré-dempteur nous est né ! Un Chef charismatique conduit notre fringale et nous permet de relever le front ! Rallions-nous à ses panades-flans ! Michel Dehoux nous livre 42 recettes de sa cuisine d’une subtile alchimie, classique et contemporaine. Incisives malgré leur mol air, elles dévoilent leurs arcanes in pour changer nos châteaux en ruine en palais réenchantés où l’on fait chaque jour la fête… Et comme aurait pu dire le maire de Champignac, c’est toujours ça de pris sur l’ennemi, le Temps qui ramène sa fraise vers le tertre du terreau où, tôt ou tard, tous, nous irons suçoter par la racine les dents-de-lion de l’au-delà, là où la langue de l’Homme n’a jamais mis le pied !

Jean-Pierre Jacquemin